Processus électoral : « Nous irons aux législatives le 16 février 2020 », dixit Me Amadou Salif Kébé, président de la CENI

actualites

Ce mardi 24 décembre, le Président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, a animé une conférence de presse au siège de l’institution sis au quartier Kameroun, commune de Dixinn. A l’ordre du jour : l’évolution des activités liées au processus des législatives du 16 février 2020.

D’entrée, le Président de la CENI a justifié sa note circulaire relative au fait que ni les démembrements, ni les cadres techniques de la CENI ne doivent recevoir ou exécuter des ordres venant des sept commissaires qui ont suspendu leur participation au processus. « Cette note circulaire est purement administrative et tout à fait légale. Même si on en fait mauvaise interprétation », a-t-il précisé avant d’ajouter que ces sept commissaires sont certes des grands cadres, mais sur le processus électoral, ils sont tous nouveaux. Me Kébé admet qu’il y a eu des dysfonctionnements lors des opérations d’enrôlement qui s’est achevée le 16 décembre. Il a soutenu que la responsabilité est partagée. Il estime que 70 % de la responsabilité revient aux partis politiques qui ont tous des représentants dans les CAERLE.

Sur l’assainissement du fichier électoral, le Président de la CENI a rassuré que son institution va identifier les présumés mineurs, afficher leurs listes et les radier du fichier électoral à travers un logiciel de détection qui est déjà acquis. Il en sera de même pour les personnes décédées et celles en conflit avec la loi.

Concernant les Guinéens vivant à l’extérieur notamment au Sénégal et en Angola, M. Kébé promet que ceux qui sont déjà dans la base de données auront effectivement leurs cartes d’électeur. Même si cette fois-ci, la CENI n’a pas fait l’enrôlement dans ces localités pour cause de violences.

La Directrice du département fichier électoral, Djenab Camara, a ajouté que les statistiques seront données après la fin de l’opération de consolidation des données au site central. Même que l’opération ne tardera pas à finir dès la semaine prochaine. Les Guinéens seront situés, dit-elle, sur le corps électoral dont dispose notre pays.

Sur le respect de la date des élections législatives, Me Amadou Salif Kébé est sans ambages : « Nous exécutons correctement le chronogramme et je suis heureux de vous annoncer que nous irons aux législatives le 16 février comme prévu. Sauf cas de phénomènes extérieurs à la CENI ».

Il faut souligner qu’à 72 heures de la clôture des dépôts de candidatures, la commission de réception n’a enregistré qu’un dossier de candidature.

Alhassane Barry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *