Fichier électoral : le site central de la CENI prêt pour le traitement des données des électeurs

actualites

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) est prête pour assainir le fichier électoral. Cela se démontre par l’équipement de son site central, logé dans un immeuble à deux étages à la Cité des Nations à Kaloum. Il a un dispositif de sécurité impressionnant, un accès fortement limité, des bureaux climatisés, six grandes salles, des équipements informatiques de dernières générations, deux groupes électrogènes de 130 et 83 KVA, entre autre.

Le chef service administration du site, Ousmane Keita, explique : « Le site central de la CENI est le centre de traitement de l’information électorale, c’est-à-dire, les informations personnelles de tous les électeurs que sont les données alpha numériques et les données biométriques (les empreintes et le facial). Ici, nous avons six salles : la salle des serveurs, la salle de déduplication ABIS, la salle des impressions des documents électoraux, la salle de correction des données alpha numériques, la salle des backups et la salle de tri et conditionnement ». Il précise que les électeurs se fonds enrôlés sur le terrain et les données sont remonté au site central. « Nous faisons d’abord la consolidation qui permet de regrouper toutes les données des différentes localités en une seule donnée que nous appelons une base de données. Ensuite, nous recrutons des opérateurs d’adjudication pour faire le jugement entre les citoyens qui sont censés être des doublons. C’est ainsi que les données qui sont plus récentes sont enregistrées et les données qui sont plus anciennes sont archivées. Avec le système ABIS, nous faisons le dédoublonnage que ça soit facial ou digital. Par la suite, on retrouve une donnée unique qui est propre au citoyen avant de procéder à son affectation à un bureau de vote. C’est sur cette base on produit les cartes d’électeurs ».

M. Keita a affirmé que le logiciel acquis par la CENI est de la dernière génération et permet de prendre en compte non seulement les empruntes, mais aussi du traitement facial ainsi que des données alpha numériques. Cela peut-être les noms, les prénoms, les lieux de naissance, la filiation, etc. Le même logiciel, ajoute-t-il, permet de faire les listes électorales provisoires, les listes définitives, les cartes d’électeurs, les listes d’émargement, etc.

Il faut rappeler que la CENI a travaillé avec plusieurs opérateurs techniques internationaux, notamment SAGEM, WAYMARK et GEMALTO. M. Ousmane Keita affirme que la migration des données de l’ancienne base des données vers la nouvelle est terminée depuis le 16 septembre dernier.

Il soutient que la remontée des données se fera au fur et à mesure pour être dans le délai fixé par la CENI. A ce jour, déclare M. Keita, on peut dire que le site central de la CENI est fin prêt pour réaliser l’opération de traitement des données électorales des électeurs guinéens.

Le commissaire Daouda David Camara, président du comité de pilotage des opérations de révision des listes électorales, rassure que son institution est techniquement prête pour la bonne tenue des prochaines législatives conformément au chronogramme rendu public. Pour lui, les équipements de dernières générations acquis par l’organe de gestion des élections permettent de traiter les données de tous les électeurs guinéens en un temps assez record.

Souana Doré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *