Elections législatives : Le Président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, reçu par le Premier ministre Kassory Fofana

actualites

Dans le cadre des préparatifs des prochaines législatives, le Président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, accompagné des commissaires, a été reçu, ce mardi 10 septembre, par le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana entouré des membres du gouvernement. Ils se sont entretenus à huis clos.

Après leur entretien, le Président de la CENI a rappelé que c’est sur invitation du Premier ministre que son institution a répondu pour parler des prochaines élections législatives. « Le Chef du gouvernement nous a donné beaucoup d’informations en ce qui concerne la disponibilité de l’Etat à accompagner la CENI. Notamment à mettre les moyens à notre disposition pour pouvoir réaliser toutes les activités prévues dans notre chronogramme ». Me Kébé a mis l’occasion à profit pour souligner certaines difficultés rencontrées jusqu’à présent. Des difficultés qui, selon lui, ont été petit à petit levées. Ce qui permet, rassure-t-il,  à l’organe de gestion des élections (OGE) d’aller sereinement vers l’organisation de ces élections. Même si, poursuit-il, un autre rendez-vous est pris avec le PM qui aura à ses côtés les membres du gouvernement pour donner la date réelle à laquelle l’OGE pourra organiser les élections. « La CENI n’a pas encore statué sur cette question puisque les décisions sont prises de façon consensuelle. Mais tout laisse croire que nous pourrons tenir les élections avant la fin de l’année. Et puisque les contraintes notamment les difficultés financières, le matériel qui devait être commandé, le logiciel de gestion ainsi que les serveurs sont levées et les 235 jours indiqué dans le chronogramme ont commencé à courir ». Et de poursuivre que : « L’opérateur technique est déjà là et il est en train de travailler. Une nouvelle loi est intervenue dans notre pays. Cette loi a dévolu à l’Etat guinéen, en parti ce que l’opérateur technique faisait avant et l’autre partie est dévolu à la CENI. Ce que nous avons fait en recrutant un cabinet d’ingénierie qui est en train de travailler. Il ne reste que le recrutement des opérateurs techniques de saisie sur le terrain qui seront formés et déployés. Sans oublier que c’est un opérateur local qui a l’habitude de le faire. J’insiste là-dessus. L’opérateur technique international comme vous l’avez connu n’existe plus. La loi a éclaté son rôle entre deux entités : l’Etat guinéen et la CENI. Et nous sommes en train de travailler là-dessus ».

Le Président de la CENI a précisé qu’il y aura une révision totale des électeurs  avant le scrutin.

Alhassane Barry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *