Visite de courtoisie : La CENI rend visite à la Cour Constitutionnelle

actualites

Ce 25 mars, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a rendu une visite de courtoisie à la Cour Constitutionnelle, à son siège sis Almamyah, commune de Kaloum. La délégation de la CENI était conduite par son président, Me Amadou Salif Kébé, accompagné de plusieurs commissaires de l’institution. Ils ont été accueillis par le Président de la Cour Constitutionnelle, Mohamed Lamine Bangoura.

Après leur tête-à-tête à huis clos, les deux personnalités ont exprimé leur volonté de redynamiser le contact entre les deux institutions républicaines. Sur l’objet de leur visite, le président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, a déclaré : « Nous sommes venus à la Cour Constitutionnelle dans le cadre d’une visite de courtoisie pour d’abord présenter l’ensemble des commissaires de la CENI aux membres de la Cour. Puisque nous sommes appelés à travailler ensemble sur les questions d’interprétation de la loi, mais sur les questions électorales également. Donc, c’est cette collaboration entre institution que nous voulons fructifier et éventuellement développer aussi dans d’autres cadres de la formation dans le domaine juridique et dans d’autres domaines. Donc, si nous sommes ce matin à la Cour Constitutionnelle, c’est dans ce cadre. C’est d’abord social, mais aussi professionnel ».

Le président de la Cour Constitutionnelle, Mohamed Lamine Bangoura, a salué l’initiative de la CENI. « C’est avec un grand plaisir que nous avons reçus nos collègues de la CENI, une importante délégation conduite par le président de l’institution, dans le cadre du renforcement des relations interinstitutionnelles. La Cour apprécie très hautement cette démarche et nous avons rassuré le  président et les commissaires de la CENI de la disponibilité de la Cour à renforcer de telles initiatives, mais surtout à faire en sorte que nos deux institutions qui sont impliquées dans le processus électoral, l’une en amont et l’autre en aval, feront en sorte que cette rencontre se perpétue et faire en sorte que nous redynamisons un peu davantage la concertation interinstitutionnelle. Donc, encore une fois, nous saluons cette très belle initiative du président de la CENI. La Cour a exprimé toute sa disponibilité et toute sa reconnaissance pour le renforcement de telle démarche ». L’un des axes de la coopération entre la CENI et la Cour Constitutionnelle, c’est l’interprétation des lois, comment la Cour va-t-elle s’y prendre ? « La mission principale de la Cour Constitutionnelle, c’est d’interpréter la loi. La CENI est l’institution chargée de l’organisation et de la supervision de l’opération électorale. Pour le faire, il faut appliquer les lois et l’un des lois en la matière, c’est le Code électoral. La Cour Constitutionnelle est le juge du contentieux électoral, mais avant cette phase, la Cour intervient aussi de façon indirecte dans le processus électoral en interprétant, en dégageant la portée et le sens des textes régissant les opérations électorales à chaque fois que la CENI le sollicite. La CENI a cette compétence de saisine de la Cour Constitutionnelle pour solliciter de la Cour la portée d’une disposition constitutionnelle et législative. La mission de la Cour va dans ce sens, mais au-delà la Cour Constitutionnelle est le juge du contentieux électoral. La CENI organise et supervise les élections, mais sa validation incombe à la Cour Constitutionnelle », a conclu M. Mohamed Lamine Bangoura.

Souana Doré

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *